michel henritzi

14.07.18

RECORDS UPCOMING 2018

MINEKO ITAKURA / SHIN'ICHI ISOHATA / MICHEL H. "Keiko Blues", (Split 10') An'Archives (Fra) - 2018

O'DEATH JUG "Owls die at dawn", (CDR) Dyin'Ghost Records (Fra) - 2018 

 

 

 

 

Posté par michel_h à 18:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


BIOGRAPHIE


fragment_guitar_06
Michel Henritzi – guitars, lapsteel, amp ...

From abstract blues to noise.

Performed and recorded with : Kumiko Karino, Junko (Hijokaïdan), Rinji Fukuoka, A Qui Avec Gabriel, Masayoshi Urabe, Chie Mukaï, Tamio Shiraishi, Mico K.Mical, Yukiko Nakamura, Yoko Higashi, Tetuzi Akiyama, Taku Sugimoto, Shin’ichi Isohata, Toshimaru Nakamura, Masafumi Ezaki, Ami Yoshida, Ito Atsuhiro, Jojo Hiroshige, Fumio Kosakai, Sei'ichi Yamamoto, Mochiyuki Harutaka, Tomoyuki Aoki (Up-tight), Akiko Hotaka, Ikuro Takahashi, Yuki Fuji & 231" (Sarry), Kiyoharu Kuwayama, Tetsuo Furudate,  Ibuki Kuramochi, Dot.es, Eddie Marcon, Mattin, Bruce Russell, Miguel Prado, Ivar Grydeland, Luca Massolin, Quentin Dubost, Bruno Fernandes, Yves Botz, Thierry Delles, Xtof Sorro, Julien Louvet, Nicolas Moulin, Fergus Cullen, A (aka Greg Henrion), Aya Onishi & the Nihilist Spasm Band.

Member of : Dustbreeders (w. Yves Botz and Thierry Delles), Howlin’Ghost Proletarians (w. Fabrice Eglin), Mile of String (w. Thierry Delles) O Death Jug (w. Christophe Langlade) Dana Valser (w. Eva Fernandez and Christophe Langlade)

Concerts in : France, Japan, Switzerland, Portugal, Spain, Belgie, Neederland, Germany, Danemark, England and Ireland.Walking_in_the_shadow

Discography :

Michel Henritzi, Mochizuki Harutaka, Yuki Fuji "Shiroi Kao" on An'Archives (Fra) 2018

Michel Henritzi & Rinji Fukuoka "Desert Moon" on Pataphysique Rec. (Jap) 2018

Michel Henritzi & A Qui Avec Gabriel "Koyonaku" on Bam Balam (Fra) 2016

Michel Henritzi & Rinji Fukuoka "Dark Carnival" CDR on Dyin Ghost Rec 2016

O'Death Jug "Magnetic Fields" CDR on Dyin Ghost Rec (Fra) 2016

Dana Valser "Antiguo" CD on Three-Four Rec (Switzerland) 2016

O'Death Jug "Dusted" CDR on Dyin Ghost Rec (Fra) 2015

Michel Henritzi & junko "Behind the Door" CD on Blossoming Noise (USA) 2015

Michel Henritzi & Rinji Fukuoka "Descent to the Sun" LP on Bambalam (Fra) 2014

Junko "Noise of Voice" 5XCD + 1DVD (jap) 2014

O'Death Jug "The Ballad of Sad Cafe" CDR N.O.T (Fra) 2014

Michel Henritzi & Rinji Fukuoka "Eclipse in Berlin" Cassette (Fra) 2014

Junko "Voice & Destoroy" 2XCD Teichiku (jap) 2014

Michel Henritzi / Junko / Rinji Fukuoka "Billions Years of Sight" split LP An'archives (Fra) 2014

Michel Henritzi & Junko  "Moi Non Plus / Shibari" 7' Anarchofreaks (fra) 2013

Michel Henritzi "Yokohama No Shadows" CD - Dyin' Ghosts (fra) 2013

Michel Henritzi & Rinji Fukuoka "Le Jardin Bizarre" CD - An'archives (fra) 2013

Michel Henritzi & Junko "Fear of Music / Berlin, w.Love" 7' - L'Esprit de l'Escalier (usa) 2013

Michel Henritzi & Junko "Live/Dead" CDR - Les Champs Brûlent (fra) 2012

Michel Henritzi & Rinji Fukuoka "Outside Darkness" CD - PSF (japon) 2011 

Michel Henritzi "Walking in the Shadow" CDR - N.O.T (fra) 2011

Michel Henritzi "Kyoto No Tsuki & Dyin' Shadows" CDR - Dyin Ghost Rec. (fra) 2011 

Michel Henritzi & Junko "Berlin No Tsuki" CDR - Tochnit-Aleph (germany) 2010

Michel Henritzi, Junko & E+S=B "Dublin No Tsuki" CDR - Last Of Our Kind (ireland) 2009

Michel Henritzi, Junko & Masayoshi Urabe "Ecstasy of the Angels" CD - Opposite (usa) 2009

Michel Henritzi "Shinjuku Blues & Whispering Shadows", CDR - Dyin'Ghost records (fra) 2009

V.A "Inner Ends of the Coils", CDR - Nothing Out There (fra) 2009

Michel Henritzi "Walking with the Shadows" MP3 - Laraskito (spain) 2009

Michel Henritzi, Junko, Aya Onishi & Rinji Fukuoka "Live", CDR - Anarchives (fra) 2008

Michel Henritzi, Junko & Mattin "Je t'aime!" CDR - Absurd (greece) 2008

Michel Henritzi "Nothing" CDR - Dyin'Ghost records (fra) 2008

Michel Henritzi, Shin'ichi Isohata, Xavier Charles "duo(s)" CDR - o-musubi (japon) 2008

Michel Henritzi & Tetuzi Akiyama "broken blues" CDR - Absurd (greece) 2007

Michel Henritzi (feat. Bruce Russ ell, Taku Unami, Shin’ichi Isohata, Mattin) " Keith Rowe serves Imperialism " CD - wmo/r (eusk) 2006

Michel Henritzi, Rinji Fukuoka & Kumiko Karino " Live at U.F.O Club " DVD- There (japon) 2006

Michel Henritzi / Brandon Labelle / Minoru sato / Guiseppe Ielasi / Achim Wollscheid " Social Music " Book + CD - Errant Bodies (usa) 2002

V.A " Meeting at Offsite vol.1 " CD - IMJ (japon) 2002

Howlin'Ghost Proletarians "The Last Farewell" miniCDR - Nothing Out There (fra) 2009

Howlin’Ghost Proletarians " The Singer " CDR - Absurd (greece) 2006

Howlin’Ghost Proletarians " Dead Roads " CDR - Absurd (greece) 2004

Dustbreeders (feat. Junko) "The Missing Bar" LP - 214 (fra) 2016

Dustbreeders & Junko "s.t" DVDR - 0E dans l'O (france) 2006

Dustbreeders / Guilty Connector " Bells " CDR - Utsu Tapes (japon) 2003

Dustbreeders & Junko " Mommy Close the Door " CD - Starlight Furnitures (usa) 2003

Dustbreeders " Le Proces Cannibal " LP - Elevage de Poussière (france) 1999

Dustbreeders "Starship of slaves / Promenade dissonance" 7' - Non Mi Piace Rec (france)

Dustbreeders "Poem for chairs, bench & turnin tools / Cargo" 7' - Elevage de Poussière (france)

Dustbreeders "I'm Psycho 4 yur love" 7' - Elevage de Poussière (france) 

Filmography

"City of Mirrors" a film by Truong Minh Quy, music by Michel H.

"April's Shadows" a film by Vincent Guilbert, music by Michel H./Rinji Fukuoka/Tetuzi Akiyama/Aqui avec Gabriel/Akiko Hotaka

"Un train pour Obaida" a film by Kristof Guez, music by Michel H.

"Heritage" a film by Benoit Perraud, music by Michel H.

"Ghost World" a film by Jerome Boulbes, music by O'Death Jug

Posté par michel_h à 16:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

26.06.18

YUKI FUJI / MICHEL HENRITZI / MOCHIZUKI HARUTAKA "Shiroi Kao" on An'Archives

mock_red

SHIROI KAO

Disque hivernal, fleurs et flocons, il y a le bleu du ciel où le souffle s'évapore, épouse les nuages blancs, le chrystal de la voix et les notes cuivrées tomberont comme une neige humide sur un temps passé, quelque chose n'est plus et pourtant. Souffles de la voix et d'un saxophone alto, calligraphies soniques dessinées sur la page blanche du silence, griffée par les cordes d'un lapsteel mélancolique. Courbes et tourbillons ascendants, appellant l'orage. Quelque chose pleure, un alto au bord du gouffre, on ne renonce pas à ce qui nous hante, ca nous appelle, nous tient comme au bout d'une corde. Mochizuki Harutaka est comme un asphyxié, écoutez le ! Il joue des phrases tristes sur cette pierre tombale, ce wall of noise. Le bruit assourdissant des larmes et du cœur, tout çà coule là dans l'embouchure, le pavillon débordant de notes maigres, de pétales de chrysanthèmes, de stridences, d'étouffements. Puis une voix semblant sourdre d'autres temps, Yuki Fuji ectoplasme flottant dans le murmure du crépuscule, nous prennant la main contre son cœur, lied infiniment mélancolique, ses longs cheveux noirs la recouvrant, échappant à la terre qui nous tire à elle. Elle flotte, Ophélie noyée, ondine serpentant vers une mélodie appaisée. Cordes frottées, un écrin de soies et de rouilles s'envellopant autour de sa voix, au loin s'en vont les nuages. Il reste le corps flottant, visage blanc, infini paysage, les ombres dévorantes qui gagnent. D'anciens folklores joués pour cette danse oubliée, cordes percussives, glissendi plaintifs. Un banjo au loin rappelant la tourbe de l'existence. Etait-ce toi, ces voix ? Le sax reviendra dans la ronde, la voix tue, s'accordant au lapsteel dans un jeu de miroir brisé, deux soliloques entendus à travers un brouillard de tristesse, le crépuscule nous appelant à rejoindre nos ombres. Michel Henritzi assis dans l'anti-chambre face à ce visage blanc silencieux, la barre glissant sur les cordes, les notes mourants avec le souffle du sax. Un feedback qui meure ou est-ce nos pleurs ...

Yuki Fuji – voix

Mochizuki Harutaka – saxophone alto

Michel Henritzi – lapsteel, guitar, banjo, percussions

Posté par michel_h à 13:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25.06.18

MOCHIZUKI HARUTAKA / MAKOTO KAWASHIMA spli LP is out on AN'ARCHIVES

Front

IMG_3485

Harutaka Mochizuki | Makoto Kawashima

Blowin’ by the wind 

Le Japon a lui aussi donné des légendes à l’Histoire du free-jazz dans les années 70 avec des saxophonistes comme Kenji Mori, Akira Sakata, Mototeru Takagi et surtout le plus iconoclaste de tous : Kaoru Abe. Abe a marqué cette histoire du sceau de la fulgurance et du tragique, mort d’overdose il n’avait pas 30 ans, éclipsant Milford Grave lors d’un concert a Tokyo, lui planté dans le public déchirant les applaudissements fait à Graves par un foutu chorus resté dans les mémoires. D’autres monstres cuivrés sont venus arpenter l’archipel depuis, yōkai soufflants, souffrants, sublimes : Tamio Shiraishi, Yasunori Yanagawa ou Masayoshi Urabe. Ceux-là aussi hors-piste jazz, fût-ce-t-il free, provocants, irrévérencieux, nous emmenant à leur tour dans l’inouï, le sacrilège fait à ce jazz importé par les G.I. après-guerre. Out of control, que ça joue et que ça saigne, coup de lattes dans une musique d’ameublement. Depuis le jazz cool avait repris la main.

Depuis quelques temps un truc se réveille dans les clubs du Japon, de jeunes gens enragés redécouvrent cette Histoire, se l’approprient et la bousculent, enfilant les fringues trouées de Kaoru Abe. Let’s play, feel free. A bout de souffle, alto aux lèvres, avec toute l’arrogance de la jeunesse ils jouent free comme dans le temps mythique des clubs : Gin Paris, Gaya ou Pit-Inn.

An'archives produit un split album avec deux figures jumelles de ce free vaudou : Makoto Kawashima et Harutaka Mochizuki, deux échos sublimes de ces lointains orages disparus dans le désert dévorant du village global. Et le vent se mit à souffler ...

Le premier album de Makoto Kawashima est paru sur le label mythique P.S.F. qui avait sorti des albums de Kaoru Abe, Masayuki Takayanagi ou encore Keiji Haino. Adoubement de ce jeune sax alto qui reprend le free là ou Abe l’avait laissé dans sa sauvagerie dernière, pour sa façon aussi de désosser de poisseuses mélodies, les écorcher littéralement ; ça joue, couine, vocifère, pleure tour a tour, décomplexé, les émotions balancées là dans son jeu de funambule. Corde raide. Les notes se télescopent, se désagrègent, s’enroulent et explosent dans l’air. C’est juste beau, si la beauté peut être de mourir dans le son, par le son. Il semble aujourd'hui comme débarrassé de l'influence de ses maîtres souffleurs, même s'il reste dans un dialogue bruyant avec ses fantômes, avec ce qui le hante, dialogue avec ce corps de cuivre percé, se laissant aspirer par les esprits des dieux du vent et du tonnerre : Fujin et Raijin. Mauvais garçon du jazz, jouant du saxe comme on joue du couteau, tranchant dans le vif d'un thème, saignant le son dans une ruelle obscure de l'inconscient de la musique, noise. Il a appris des insurgés du free à contourner les règles policées, policières du jeu académique, laissant sourdre une putain de mélodie d'un brouillard sonique rageur, à préférer marcher sur un fil au-dessus du vide que sur un passage clouté. Saut à travers les nuages, sa musique est aérienne mais foutrement sombre, bouffée par la nuit intérieure. Ça joue, entrant toute sa rage et sa désespérance dans le corps de métal, les poumons avec, corps retourné à l'intérieur de son sax, ectoplasme errant entre les couacs, les crachats soniques, les mélodies blessées, les chorus avortés dans la vibration d'un air chargé de particules métalliques. Makoto Kawashima ne serait pas l'ombre portée d'un Kaoru Abe ou d'un Mototeru Takagi mais le cri d'une génération perdue qui refuse de s'effacer dans la répétition mortifère du même, blast.

Harutaka Mochizuki semble moins dans la fascination de cette insurrection sonique des sixties, free, lui joue comme un autiste sourd aux bruits des modes et du temps. Son jeu est comme tourné vers l'intérieur, ce qui hante nos vies, la sienne. Il ne cherche pas à cacher les bruits de l'instrument, alto patiné, au cuivre piqué, mais au contraire à exhiber, faire entendre, monstration du cirque intime du sax, souffles, salives sonores, jeu asthmatique, mélodies comme crachées dans l’air. Il a écouté Masayoshi Urabe et ça s'entend, mais chez lui il y a une vraie fragilité dans son jeu, comme un fil tendu dans l’air où s’accrochent des notes maigres, tremblantes, soufflées là à nos oreilles, susurrées. Il aspire l’air de la ville pour le recracher sous forme de mélodies tremblantes, moribondes, trouées de lents silences et c’est sublime. On aurait pu s’attendre à un jeu hystérique, à une logorrhée incandescente comme toute sa génération de vauriens punk, non, Harutaka est trop sensible, son jeu trop fragile, trop tourmenté. Il écrit de foutues mélodies sur le vent, au loin s'en vont les nuages et les notes plaintives. Corps tordu dans l'écart de la scène, pantomime souffrant, soufflant d'électriques chorus, phylactères obscènes d'onomatopées zébrées suspendues dans l'air autour de son sax alto, joué d'une main, l'autre faisant de grands signes à ses démons intérieurs. Il danse solitaire dans son pavillon obscur, bouche dévorant l'instrument, corps à corps, avalant la musique avec lui. Il y a comme une grande solitude dans sa musique, même si parfois il s'accorde à d'autres, comme la voix de Tomoyuki Aoki, dandy velvetien - guitariste du groupe psychédélique Up-Tight - pour reprendre de vieux airs de karaoké. Harutaka joue comme nu, flottant dans la nuit électrique, l'alcool coulant dans la bouche de l'alto. Poésie de l'écart, le son comme un bateau ivre, on tangue et putain c'est beau.

Michel Henritzi

https://anarchives.com/

  

Posté par michel_h à 10:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]

19.06.18

IKURO TAKAHASHI/MICHEL HENRITZI live at Diamant d'Or, Strasbourg - 29.05.18

 

 

Posté par michel_h à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03.06.18

UP-TIGHT in Metz - 17 Novembre 2017

IMG_1240

Posté par michel_h à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02.06.18

MOCHIZUKI HARUTAKA in "Le Son du Grisli"

120272169

Il y a presque quinze ans paraissait Solo Document 2004, premier disque du saxophoniste – et chanteur – Harutaka Mochizuki. En quatre improvisations, le jeune homme prouvait que d’un souffle voulu difficile pouvait naître une expression certaine. Au jeu des comparaisons, on pouvait oser les noms d’Albert Ayler ou de Martin Küchen, mais quelque chose n’allait pas. Les provocations de Mochizuki cachaient de toute évidence autre chose qu’une énième révérence au free jazz ou à l’improvisation libre.

Déjà en 2004, un air – pour ne pas dire une mélodie – s’insinuait au fil de l’exercice : au creux d’un souffle timide ou derrière un sifflement, une habile soustraction de notes ajoutant sans cesse au contenu musical. Aujourd’hui, le mystère reste entier et, même : après l’écoute de Through the Glass et de Short Short, deux nouveaux solos de saxophone, n’a-t-il pas épaissi ? Mochizuki a beau dire qu’il a passé du temps entre son premier solo publié et ces deux disques-là, la première intention est la même : chanter la bouche fermée par le bec d’un alto.

Vingt minutes et puis dix, voilà pour Through the Glass. Aux souffles embarrassés pourront succéder des sifflements et à un chapelet de notes amoindries un bruyant dérapage : le saxophoniste n’abandonnera jamais la mélodie étrange qu’il a construite sans même que l’auditeur s’en aperçoive. Mais lorsque le motif l’atteint enfin – ce Summertime rebelle mais qui vacille –, ce-dernier comprend qu'il n’a pas été à la hauteur. Trop distrait, ici, pour saisir telle nuance, trop occupé ailleurs à chercher, en lieu et place du musicien, une conclusion à son exercice. Pouvait-il s’attendre alors, pour finir, à ce bruit de verre brisé ? 

La seconde pièce de Through the Glass pourrait faire l’effet d’une ligne tracée à la craie sur un tableau noir. C’est donc l’histoire d’une trace et celle d’un passage, ce que redit Short Short en deux très courtes faces. C’est là une cassette tirée à 51 exemplaires, certes, mais toujours différente puisque Mochizuki les a enregistrées l’une après l’autre en combinant deux morceaux tirés de manière aléatoire d’un répertoire de dix. Quelle mélodie l’auditeur entendra-t-il alors ? Acceptera-t-il d’ignorer jusqu’au titre des deux pièces qu’il possède ?

La bande tourne déjà : le passage a commencé et la trace se laisse entendre au gré de la progression d’un alto fragile. Derrière le premier souffle il y a une, deux ou trois notes à la peine et des bruits impromptus : il y a surtout un air qui reviendra plusieurs fois, disparaîtra ensuite, reviendra à nouveau. Aussi fragile que l’instrument duquel il est sorti, aussi iconoclaste que le musicien qui l’a inventé. C’est une somme de mystères qui provoque une exceptionnelle attente.

Guillaume Belhomme

Posté par michel_h à 15:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

26.05.18

IKURO TAKAHASHI pic by JJGFREE

ikuro_takahashi_pic_by_jjgfree

Posté par michel_h à 11:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25.05.18

IKURO TAKAHASHI TOUR - MAY 2018

ikuro_flyer

Posté par michel_h à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]