1526427_443434722498401_7907289073421388699_n

live set avec junko pour un tsunami sonic avant une love song abimée dans les cris de junko, reprise de suicide : "cheree"

8294606361_9dcedfd3b6-kyyE--672x359@LeTemps

A Fribourg, l’art donne de la voix

Le cri comme vecteur de création. C’est l’idée lancée il y a un peu plus d’une année par Balthasar Lovay, directeur de Fri-Art, le centre d’art contemporain de Fribourg. Ce dernier invitait qui le souhaitait à enregistrer son hurlement sur un site internet, histoire de nourrir la Screambank, plateforme numérique de stockage de cris divers et variés. Et pour aboyer quoi? Le premier cri à vous traverser la tête: cri primal, de douleur, animal ou celui qui tue. Bref, le cri considéré comme l’un des beaux-arts.

«Scream queen» japonaise

Du 30 mai au 6 juin, le Scream scape est aussi un festival. Performeur et musicien «noise» (l’Américain Prurient), «scream queen» japonaise (Junko Hiroshige), artistes (Fabian Marti, Emanuel Rossetti, Tobias Madison) et maître de la poésie sonore (le Genevois Vincent Barras) passeront une semaine à travailler sur ce thème forcément bruitiste.

Des conférences sur la primatologie, les grognements dans la pornographie, ainsi qu’une analyse socio-économique des cris suis ses complètent un programme dont la grande Scream Battle organisée avec le festival Bad Bonn Kilbi désignera le meilleur crieur du pays. 

www.swissscreamscape.org